Vivre d’art et d’aide à la création

 

Au moment où j’écris ce texte dans les notes de mon Iphone (oui, je sais que je pourrais dire portable mais comme tous les utilisateurs d’Apple je rentabilise le prix  de mon appareil en disant Iphone au lieu de portable et Mac au lieu d’ordi) on est dimanche 7 avril il est 01:04 et je viens d’avoir une idée de concept.

La nuit j’ai toujours pleins d’idées de concepts, de scénarios, d’articles, je m’empresse de les écrire pour ne surtout pas oublier mais le lendemain à la relecture… ce n’est jamais aussi bien que je le pensais au moment de l’écriture. J’efface des lignes, du paragraphe écrit il ne me reste plus que quelques phrases, je les lis, c’est pas super bien écrit, j’imagine déjà mes proches me juger à la lecture du fond de mes pensées et j’efface ces phrases que je trouve désormais vides de sens. Hâte de me relire demain (enfin plus tard dans la journée parce qu’on est déjà demain).

tumblr_n3as2ve0Za1r0qjnwo1_540.jpg

Donc je disais j’ai pensé à un concept, une sorte de performance artistique. Un peu comme l’artiste Italien qui a cherché une aiguille dans une boîte de foin au Palais de Tokyo ou l’artiste breton qui sillonne les routes de sa région en armure de chevalier, j’ai trouvé mon œuvre. Je vais rassembler toutes mes candidatures rejetées et en faire une expo d’art contemporain. J’intitulerais ça « Non admise (ou l’art d’échouer) ». Tout y passera job étudiant, job d’été, service civique, stage. Seront exposé : le CV envoyé, la lettre de motivation envoyée (parfois écrite sans motivation) et le mail automatique reçu ou la lettre « personnalisée » aka « la lettre bien formulée pour ne pas blesser ». Pour ajouter un peu de pathos je pourrais mettre des feuilles blanches symbole des candidatures restées sans réponses.

zengxiao-lin-1394176-unsplash.jpgIl y aura aussi de la vidéo avec un court métrage que j’aurais produit grâce à une plateforme de financement participatif parce que le CNC aura refusé ma demande de financement (histoire d’être dans le thème du rejet jusqu’au bout). Une courte fiction sur l’histoire d’une meuf qui va à un entretien et… qui le foire. Toutes ressemblances avec la réalité étant évidemment fortuites. Héroïne qui met du temps à comprendre que quand le recruteur dis « présentez-vous » en fait il veut dire « racontez moi une histoire qui va me plaire», que pendant un entretien elle doit être elle en mieux, elle avec un peu de mise en scène.

Je me demande s’il y a des gens qui ne se sentent pas soumis à l’exercice et qui vont sereins à un entretien d’embauche ?

J’ai l’impression que même pistonnée et avec une lettre de recommandation j’irai toujours à reculons à l’entretien du job de mes rêves. Mais c’est comme ça on est nombreux, il faut faire un choix et « prendre les meilleurs pour offrir un service de qualité ».

Ce ne sera pas une expo politique, il n’y aura pas plaques explicatives je laisserai place à la libre interprétation. Évidement je miserais tout sur la direction artistique, mon expo sera « instagrammable » et rencontrera un grand succès. Je ne donnerai aucune interview, laissant courir le mystère sur ma personne à la PNL (quoi qu’à la vue de mes CV il y aura déjà pas mal d’infos sur ma personne). Par contre je profiterais bien de l’argent que j’aurais gagné. Qu’est ce que je pourrais m’offrir ? Des fringues pour me créer un nouveau style, des grosses baskets compensées de marque ou des bottes Jonak pour rattraper toutes ces années ou j’ai alterné entre 2 paires de Converse, un sac de luxe ou de créateur pour montrer que j’ai gravi un échelon social, un voyage et un appareil photo pour capturer des moments précieux, pour montrer ce que je fais de génial à l’étranger pendant que les autres sombrent dans leur routine quotidienne, un dîner dans un restaurant étoilé pour enfin savoir si l’expérience vaut le prix, une inscription en école de théâtre pour vivre une vie scolaire épanouissante et me battre pour le rôle d’Antigone du spectacle de fin d’année ou un appart pour ne plus avoir à transporter ma maison sur le dos comme une tortue entre les apparts de mes parents.

Là on est mercredi 10 avril, 15h53 je me relis et je me dis qu’ à défaut d’exceller au jeu de la vie il peut m’arriver d’être drôle, c’est déjà ça.      

Elo

Publicités

2 commentaires sur “Vivre d’art et d’aide à la création

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s